• Admin

La meilleure façon d'agir pour le pays



Les radicaux ont combattu, depuis toujours et avec vigueur, le Front National. A plusieurs reprises, j’avais évoqué mes craintes sur la capacité d’Alain Juppé de le faire reculer sur la base de son projet. Je constate aujourd’hui, avec satisfaction, que François Fillon, après avoir reçu le soutien de Nicolas Sarkozy, devance nettement le Front National.

C’était en effet une erreur de croire que pour venir à bout du Front National, il suffisait de s’attaquer à ses dirigeants, sans s’adresser à ses électeurs. Maël de Calan a magistralement démontré dans son ouvrage : « la vérité sur le programme du Front National » que celui-ci ruinerait la France. Manifestement, les propositions de François Fillon, libérales sur le front économique et conservatrices sur les sujets de société, répondent « aux cris de colère et de désespoir des électeurs du Front National » (Alain Juppé).

Egal à lui-même, alors qu’Alain Juppé soutient François Fillon, François Bayrou se singularise, à nouveau, en critiquant son programme et en reprenant paradoxalement les arguments de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon.

Contrairement à leurs critiques conjointes, les propositions de François Fillon n’oublient pas la « France périphérique » pour reprendre l’expression du géographe Christophe Guilluy. Cette France, abandonnée et appauvrie, est la première concernée et sera la première bénéficiaire du redressement.

La solidarité ne se décrète pas, elle se construit. Aussi, faut-il préalablement bien identifier les maux, car les choix politiques ont toujours des effets secondaires qui peuvent les rendre nocifs, pour reprendre la formule de Jean Tirole.

De ce point de vue, François Bayrou qui avait contribué à faire entrer la France dans le socialisme est un expert. Or aujourd’hui la France a besoin d’un discours de vérité, de constance et d’espoir.

Le Nouveau Centre et les Bâtisseurs ont eu raison de prendre immédiatement l’initiative de participer à la mise en œuvre du projet de François Fillon, et ce d’autant plus que l’UDI est inaudible.

M’adressant à Laurent Hénart et Jean-Christophe Lagarde, je leur rappelle qu’il y a plusieurs façons d’agir pour le pays. Il y a ceux qui choisissent l’invective, les compromis de l’entre-soi ou qui attendent pour voir, et ceux qui choisissent immédiatement de soutenir des politiques courageuses sans crainte des sanctions électorales qui pourraient en résulter.

Le Parti Radical, en revenant à ses fondamentaux, aurait tout à gagner en s’éloignant de Jean-Christophe Lagarde qui incarne le communautarisme et la méconnaissance des enjeux européens et environnementaux.

#politique #patricegassenbach #udi #partiradical #FrançoisFillon #présidentielle2017 #lecentre

0 vue

© 2023 par Publique. Créé avec Wix.com

  • Google+ Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Clean Grey